Accueil / Actualités - Dernieres infos / Réforme de la formation professionnelle: Cap sur la cohérence avec l’économie du pays

Réforme de la formation professionnelle: Cap sur la cohérence avec l’économie du pays

La reforme de l’Enseignement technique et la Formation professionnelle est engagée avec le concours du secteur privé

S’agissant de l’inadéquation formation-emploi, le secrétaire d’Etat a indiqué que 13 branches professionnelles ont été identifiées en accord avec le secteur privé

Réforme de la formation professionnelle: Cap sur la cohérence avec l’économie du pays

« Nous allons remettre à niveau pour les trois prochaines années, notre cycle de formation professionnelle, pour permettre à la Côte d’Ivoire d’avoir un système performant, qui répond au besoin du secteur privé ». Telle est la déclaration faite par le Secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (Etfp), Touré Mamadou. C’était au terme de la première réunion de l’année 2017 du Comité paritaire de pilotage du partenariat en matière de formation professionnelle et technique.

La rencontre qui a duré 4 heures a permis aux différents acteurs de plancher sur les articulations majeures de la réforme de l’Etfp. Puis de dresser le bilan de sa mise en œuvre sur la période 2016-2017 et envisager les perspectives 2017-2018.

Principalement au menu, Touré Mamadou a affirmé avoir passé en revue avec les représentants du secteur privé, la question du renforcement du partenariat école-entreprise et insertion professionnelle. Ensuite, l’amélioration de l’accès au dispositif de l’Etfp, ainsi que celle de la qualité de l’offre de formation. Puis, le renforcement de la gouvernance du système d’Etfp et la certification des compétences. Enfin, l’assainissement et l’encadrement des Etablissements privés. Ainsi que le financement soutenable et durable du dispositif d’Etfp.

S’agissant de la question de l’inadéquation formation-emploi, le secrétaire d’Etat a indiqué que 13 branches professionnelles ont été identifiées en accord avec le secteur privé. « Il reste maintenant à leur donner du contenu de sorte que les formations soient dorénavant en cohérence avec l’économie du pays », a-t-il précisé.

Les deux représentants du secteur privé sont : N’dri Koffi et Ajami Nabil, respectivement président de la commission formation et recherche à la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci) et vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d‘Ivoire. Ils se sont dit prêts à apporter leur expertise à cette reforme de l’Etfp et à ouvrir leurs entreprises pour prendre des stagiaires.

Narcisse Angan

narcisse.angan@fratmat.info

Top